Message du Secrétaire général

Message du Secrétaire général

De nos jours, les scientifiques savent que les nuages jouent un rôle décisif dans l’équilibre énergétique, le climat et les conditions météorologiques de notre planète. Les nuages contribuent au cycle de l’eau et au système climatique dans son ensemble. Il est donc capital de les comprendre pour prévoir les conditions météorologiques, modéliser les effets des changements climatiques à venir et évaluer les ressources d’eau disponibles.

Au fil des siècles, peu de phénomènes naturels ont autant stimulé la réflexion scientifique et l’inspiration artistique que les nuages.

Il y a plus de deux millénaires, Aristote les a étudiés et a consacré une partie d’un traité à leur rôle dans le cycle de l’eau. Mais il a fallu attendre le début du XIXe siècle, pour qu’un météorologue amateur anglais, Luke Howard, établisse la première classification des nuages.

Sur la base des relevés météorologiques complets qu’il avait effectués dans la région de Londres de 1801 à 1841, Howard a classé les nuages en trois catégories, ou genres: cumulus, stratus et cirrus. L’identification des nuages, leur description et l’attribution d’un nom demeurent d’importance capitale pour l’étude du temps et du climat.

De nos jours, les scientifiques savent que les nuages jouent un rôle décisif dans l’équilibre énergétique, le climat et les conditions météorologiques de notre planète.
Les nuages contribuent au cycle de l’eau et au système climatique dans son ensemble.
Il est donc capital de les comprendre pour prévoir les conditions météorologiques, modéliser les effets des changements climatiques à venir et évaluer les ressources d’eau disponibles.

Musique, art et poésie

Dans le monde entier, le symbolisme évocateur des nuages a inspiré de nombreux artistes, notamment des poètes, des musiciens et des photographes. Pour ne citer qu’un exemple, le premier des Nocturnes de Debussy, intitulé Nuages, compte parmi les chefs‑d’œuvre symphoniques de la musique impressionniste. Les photographes ne sont pas moins fascinés par les nuages, en témoigne les contributions enthousiastes reçues pour le calendrier 2017 de l’OMM, qui illustre le thème de la Journée météorologique mondiale: «Comprendre les nuages».

On retrouve également les nuages dans des symboles culturels et des expressions populaires. En Chine, par exemple, les «nuages de bon augure» symbolisent les cieux et sont synonymes de chance. Dans certaines langues, on dit «être dans les nuages» pour indiquer que quelqu’un est perdu dans ses pensées. Et de nos jours, le mot «nuage» renvoie à cet espace virtuel qui abrite, non pas la pluie, mais des ressources internet et des données numériques.

Numérisation: un Atlas pour l’ère de la Toile

L’Atlas international des nuages est la seule source complète et faisant autorité pour l’identification des nuages. Référence mythique pour les amateurs, cet Atlas, qui a vu le jour à la fin du XIXe siècle, contient un manuel détaillé des normes, ainsi que de nombreuses photographies de nuages et autres phénomènes météorologiques.

La dernière révision datant d’il y a 30 ans, une version actualisée et révisée sera lancée à l’occasion de la Journée météorologique mondiale, le 23 mars 2017.

Fait sans précédent, l’édition de 2017 sera essentiellement une version numérique en ligne. Véritable mine d’images, elle inclut plusieurs nouveaux types de nuages, tels que le volutus, qui est un nuage en rouleau, les traînées de condensation, parfois produites par les avions en raison de la condensation de la vapeur d’eau, et l’asperitas, un nuage ondulé. En outre, l’Atlas contient d’importantes informations sur d’autres phénomènes météorologiques tels que les arcs-en-ciel, les halos, les tourbillons de neige et les grêlons.

Encouragée par les progrès réalisés dans les domaines de la science, de la technique et de la photographie, l’OMM a ainsi entrepris la tâche ardue et complexe consistant à réviser et actualiser l’Atlas grâce à des images fournies par des météorologues, des amateurs et des photographes.

Outil incontournable, l’Atlas est également utilisé pour la formation des professionnels des services météorologiques et des entreprises, ainsi que dans des secteurs comme l’aviation et le transport maritime.

Comprendre les phénomènes météorologiques et climatologiques pour protéger les personnes et les biens et aider les populations à renforcer leurs capacités d’adaptation, telle est la mission de l’OMM. Nous continuerons d’apporter notre soutien aux gouvernements pour qu’ils fournissent les meilleurs services météorologiques, climatologiques, hydrologiques, maritimes et environnementaux, dans l’objectif de protéger les personnes et les biens et de faciliter la prise de décision.

Message vidéo