Le sommet One Planet catalyse les actions en faveur du climat

Le sommet One Planet catalyse les actions en faveur du climat

12

Publié

12 décembre 2017

Le 12 décembre 2017, deux ans après l’adoption historique de l’Accord de Paris sur le changement climatique, les chefs d’État, les gouvernements, la société civile et le secteur privé se sont retrouvés dans la capitale française pour stimuler les actions pour le climat et les financements en faveur d’un avenir plus vert.

Organisé à la demande du Président français, M. Emmanuel Macron, du Président de la Banque mondiale, M. Jim Kim, et du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, le sommet One Planet a donné l’occasion de dévoiler de nouvelles initiatives visant à faire décoller les financements à destination des nations en développement, lesquelles s’attellent à la mise en œuvre de plans d’action pour le climat au titre de l’Accord de Paris.

Au plan national, l’argent est le nerf de la guerre. Il permet de verdir les économies et de renforcer la résilience face aux conséquences inévitables du changement climatique, qui accroît la fréquence et l'intensité des périodes de sécheresses, des inondations et des tempêtes.

M. Macron a précisé que pour sauver le climat, chaque acteur de la société devait s’engager au quotidien.

«Le message est simple: ceux qui ne misent par sur une économie verte auront un avenir gris» a ajouté M. Guterres.

Mme Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a pris la parole à cette occasion : «Cette journée constitue un moment extraordinaire supplémentaire dans les efforts mondiaux pour transformer la promesse de l'Accord de Paris en une réalité mondiale – en d'autres termes assurer un futur climatiquement sûr aux quatre coins du globe et contribuer à un avenir durable pour chaque homme, femme et enfant.»

«Du système des Nations Unies aux gouvernements en passant par les investisseurs, des milliards de dollars ont été mobilisés aujourd'hui et des milliers de milliards de dollars convergent aussi bien vers la transformation de l'énergie mondiale qu’en direction des secteurs agricoles, complétant les fonds déjà versés avant, pendant et depuis Paris 2015.»

Le Secrétaire général de l’OMM, M. Petteri Taalas, s’est joint aux chefs de gouvernement et d’organismes des Nations Unies participant à ce sommet. Il a souligné à quel point il était urgent d’agir pour le climat alors que l’OMM a fait état en 2016 d’une augmentation des concentrations de dioxyde de carbone dans l’atmosphère à un rythme record. De plus, l’année 2017 devrait être l’année la plus chaude jamais enregistrée, avec un accroissement de la température de quelque 1,1 °C depuis l'époque préindustrielle et de nombreux phénomènes météorologiques extrêmes.

French President Macron at One Planet Summit

«L’OMM vous fournit les données et informations sur l’état du climat qui sont les plus récentes et les plus pertinentes,» a déclaré M. Taalas lors d’une table ronde du sommet.

L’OMM a renforcé sa collaboration avec d’autres organismes des Nations Unies pour rendre compte de l’impact des phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes sur la sécurité alimentaire, la santé et les migrations. Par ailleurs, l’OMM se concentre sur la surveillance des ressources mondiales en eau – l’un des domaines dans lesquels le changement climatique fait peser sa menace.

«Nous ne devons pas oublier que les pays qui sont en première ligne du changement climatique n’ont souvent pas la capacité de recueillir leurs propres données ni d’effectuer leurs propres observations, alors qu’elles sont nécessaires pour fournir des services météorologiques et climatologiques de base tels que les systèmes d’alerte précoce et les prévisions saisonnières, qui permettent de protéger les personnes et les biens et de favoriser le développement durable» a expliqué M. Taalas.

L’OMM renforce son action pour doter de cette capacité les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement, notamment via l’initiative sur les systèmes d'alerte précoce aux risques climatiques (CREWS) et le Cadre mondial pour les services climatologiques.

En Afrique, l’OMM intensifie ses efforts avec le Programme Hydromet pour l'Afrique, mené par la Banque africaine de développement et la Banque mondiale, sous la houlette de la Conférence ministérielle africaine sur la météorologie (AMCOMET) et de la Commission de l’Union africaine.

Lors de l’ouverture du sommet, les Ministres français et japonais des affaires étrangères, MM. Jean‑Yves Le Drian et Taro Kono, ont souligné le rôle important que jouent les informations climatologiques et les systèmes d’alerte précoce dans l’adaptation au changement climatique et, tout comme un haut représentant du Fonds vert pour le climat, ils se sont engagés à soutenir l’initiative CREWS.

Le sommet de Paris s’est tenu moins d’un mois après la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 23) de Bonn. Il s’agit du premier sommet international d’une série destinée à stimuler les ambitions des pays et à soutenir leurs plans d’action pour le climat, ce qui est fondamental pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

Le sommet One Planet a été précédé, le 11 décembre, d’une journée consacrée au financement de l’action climatique pour définir les innovations que les acteurs du secteur financier public et privé peuvent introduire pour appuyer et intensifier les efforts déployés en commun afin de lutter contre le changement climatique.

Plus précisément, le sommet One Planet était destiné à:

  • Présenter les initiatives pour le climat qui sont en cours de réalisation et peuvent être étendues avec un soutien approprié;
  • Annoncer plusieurs nouvelles initiatives ambitieuses qui permettront d’apporter de nouveaux financements dans des domaines fondamentaux tels que les énergies renouvelables, l’agriculture paysanne, le soutien aux femmes et la sylviculture dans les pays en développement;
  • Envisager des façons de transformer l’architecture financière mondiale pour débloquer les milliards de dollars qui seront nécessaires au développement durable dans le monde.

L’année prochaine, la Californie, l’ONU et d’autres partenaires clés tiendront une nouvelle grande conférence pour accélérer la prise de mesures dans la perspective de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques 2018 (COP 24), qui aura lieu en Pologne. En 2019, le Secrétaire général organisera un sommet pour revoir à la hausse les ambitions.

Pour le site Web du sommet One Planet, cliquer ici.

Pour le communiqué de presse de clôture de la CCNUCC, cliquer ici.

 

Share this page