Observations

Observations

Tags:

Les observations nous aident à comprendre comment le système terrestre, c’est-à-dire l’atmosphère, les océans, les masses d’eau douce, les terres émergées et la biosphère, détermine le temps, le climat et le cycle de l’eau. 

Aujourd’hui, plus de 10 000 stations météorologiques en surface, automatiques ou dotées de personnel, 1 000 stations aérologiques, 7 000 navires, 100 bouées ancrées et 1 000 bouées dérivantes, des centaines de radars météorologiques ainsi que 3 000 aéronefs commerciaux spécialement équipés mesurent tous les jours des paramètres clés relatifs à l’atmosphère, aux terres émergées et à la surface des océans. À cela s’ajoutent quelque 16 satellites météorologiques et 50 satellites de recherche. Cela donne une idée de l’ampleur du réseau mondial d’observation météorologique, hydrologique et géophysique. Une fois recueillies, les données d’observation sont soumises à un contrôle qualité conforme aux normes techniques définies au titre du Programme des instruments et des méthodes d’observation de l’OMM, avant d’être mises gratuitement à la disposition de tous les pays par l’intermédiaire du Système d’information de l’Organisation (SIO).

L’OMM a favorisé la mise en place, l’entretien et l’extension de ce réseau planétaire, dont la coordination est assurée dans le cadre du Système mondial d’observation (SMO) qui relève de la Veille météorologique mondiale (VMM). Coparrainés par l’OMM, le Système mondial d’observation du climat (SMOC) et le Système mondial d’observation de l’océan (GOOS) contribuent largement à améliorer la collecte des données nécessaires à l’élaboration de prévisions climatiques et à la détection des changements climatiques.

Organe de coordination de l’ensemble de ces réseaux, le Système mondial intégré des systèmes d'observation de l’OMM (WIGOS) relie toutes les régions du monde par le biais du SIO pour assurer l’échange, la gestion et le traitement des données.