Préparer le pays à affronter les aléas météorologiques

Par Douglas Hilderbrand, premier ambassadeur de l’initiative Weather-Ready Nation, Bureau du Directeur, Service météorologique national.

Sur tout le territoire des États-Unis d’Amérique comme dans le reste du monde, les phénomènes météorologiques extrêmes prélèvent un lourd tribut sur des populations de plus en plus vulnérables. Les régions côtières voient leur population croître1 , l'expansion démographique gagne de zones à plus haut risque telles que les plaines inondables et les espaces naturels, et le niveau de la mer s’élève. Au cours des trente dernières années, les pertes causées par des phénomènes géophysiques, météorologiques, hydrologiques ou climatiques ont été multipliées par trois ou quatre aux États-Unis.

 

Depuis sa création, l’Administration américaine pour les océans et l’atmosphère (NOAA) a pour mission première de limiter les pertes humaines et matérielles et les perturbations causées par des phénomènes à fort impact liés au temps ou à l'eau. Durant les dernières années toutefois, l’ampleur des pertes subies par la société, même lorsque les phénomènes extrêmes avaient été correctement prévus, a détourné l’attention de la seule prévision au profit d’une réponse sociétale à la mesure des risques pesant sur les collectivités, les entreprises et les populations. Cette réponse prend des formes très diverses, qu’il s’agisse de l’action engagée par les populations côtières des années à l'avance pour se prémunir contre la hausse du niveau de la mer, des mesures prises par les agriculteurs pour limiter l’impact de la sécheresse en prévision de la période de végétation, ou encore des décisions qui sauvent des vies en situation d’urgence, comme fournir un abri adéquat aux familles en cas d’avis de tornade.

La NOAA s’est donc engagée à bâtir un pays où les collectivités sont prêtes à faire face aux aléas météorologiques et à y réagir comme il convient. Cette priorité stratégique vise à développer la capacité d’adaptation des populations dans un contexte de vulnérabilité croissante à l'égard des phénomènes extrêmes, qu’ils soient d'origine météorologique, hydrologique, climatique ou environnementale. Dans cette perspective, la NOAA développe ses services d’aide à la décision axés sur les impacts, intègre les avancées scientifiques et technologiques dans ses activités de prévision, tire parti des progrès des sciences sociales pour améliorer la communication et l’utilité de l’information et amplifie son action de diffusion pour permettre au plus grand nombre d’affronter les aléas naturels en étant mieux armés pour y répondre et s’y adapter. Les quatre axes de cette initiative contribuent à faire en sorte que les données, produits et services de la NOAA soient pleinement mis à profit  pour limiter l’impact des phénomènes extrêmes sur la société.
  

Services d’aide à la décision axés sur les impacts

Ces services traduisent un changement d’orientation fondamental, les prévisionnistes étant désormais étroitement associés à l’effort engagé pour mieux comprendre l’impact que certains types de conditions météorologiques ont sur la société, ce qui leur permet d’offrir aux décideurs des informations et des services mieux adaptés. Les prévisionnistes participent directement au processus décisionnel public en y apportant leurs précieuses compétences, notamment en matière de protection des personnes et des biens. Quand des conditions météorologiques à fort impact sont attendues, des spécialistes des interventions d’urgence peuvent s'avérer nécessaires sur le terrain. Pour ce qui est des pouvoirs publics, les services d’aide à la décision axés sur les impacts visent à faire de la NOAA un partenaire essentiel dans le contexte des procédures d’exploitation normalisées.
  

Progrès scientifiques et technologiques

Les avancées scientifiques et technologiques continuent de se traduire par des prévisions météorologiques, hydrologiques et climatiques toujours plus précises. Les superordinateurs, les progrès de la technologie radar tels que le récent passage du système NEXRAD à la double polarisation, et les programmes de satellites météorologiques comme le JPSS et le GOES-R contribuent tous à améliorer la précision des prévisions. On a toutefois entrepris depuis peu de mettre l'accent sur les recherches en sciences sociales pour s’assurer que les produits et les services traduisent le risque et l’incertitude d’une manière qui incite les décideurs à prendre des mesures susceptibles de sauver des vies.
  

Une nouvelle carte des zones inondables en cas d'onde de tempête a été affichée à titre expérimental quand l'ouragan Arthur a atteint les côtes de Caroline du Nord, en juillet 2014
 

Communication et sensibilisation

La communication et l’éducation à des fins préventives – s’agissant d’intégrer les prévisions de la NOAA et de ses partenaires du secteur météorologique aux processus décisionnels – visent trois objectifs: pragmatisme, cohérence des messages sur les risques prévus et sensibilisation plus concrète des populations vulnérables. L’information et les activités communautaires n’ont pas seulement pour objet de sensibiliser, mais de susciter l’action. Il est essentiel de diffuser des messages cohérents pour que les destinataires aient suffisamment confiance pour agir en conséquence.
 

Diffusion de l’information

Les différentes informations, telles que les avis de phénomènes météorologiques extrêmes, dont l’importance est capitale, doivent parvenir aux utilisateurs par les canaux auxquels ils sont habitués et les technologies qu’ils connaissent. La NOAA a noué un partenariat avec l’Agence fédérale de gestion des situations d’urgence (Federal Emergency Management Agency – FEMA) et des compagnies privées de téléphonie mobile pour diffuser des alertes par SMS relayées par les stations de base dans les zones à risque. Ces alertes incitent les intéressés à se renseigner sur le danger et à se mettre à l'abri. La téléphonie mobile contribue à l’expansion des moyens de diffusion de l’information, et s’ajoute aux canaux plus traditionnels que sont la télédiffusion, l’Internet et le service de radiodiffusion de la NOAA.
  

Les partenariats innovants, cinquième composante

Cinquième aspect de l’action engagée pour préparer le pays aux aléas naturels, les partenariats innovants sont essentiels pour développer la capacité d’adaptation à l'échelle nationale comme à l’échelle des collectivités. La NOAA est consciente de la nécessité de collaborer, à tous les niveaux de gouvernement, avec ses partenaires extérieurs, notamment avec les entreprises, les organisations à but non lucratif et les universités. En début d’année, elle a donc lancé l’initiative «Weather-Ready Nation Ambassador» afin d’inciter ses partenaires à s’engager à ses côtés, en faisant office d’ambassadeurs, pour aider le pays à affronter les aléas météorologiques.

 

Dans les sept mois écoulés depuis le lancement de cette initiative, la NOAA a reconnu officiellement comme ambassadeurs plus de 700 partenaires, qui vont des ministères fédéraux aux services locaux de sapeurs-pompiers et de police. Des sociétés transnationales interviennent aux côtés de petites entreprises locales. Ceux qui fournissent comme ceux qui utilisent les données météorologiques peuvent faire office d’ambassadeurs. Tous apportent leur concours à la NOAA pour repousser les limites, que ce soit en exploitant ses données pour produire et diffuser des informations concrètes et utiles, en assumant un rôle directeur au sein de leurs groupes respectifs, ou encore en fondant leurs décisions sur les informations qui émanent de la NOAA. Des informations complémentaires sur l’initiative des ambassadeurs sont disponibles à l’adresse http://www.nws.noaa.gov/com/weatherreadynation/ambassadors.html.

 

Toutes ces entités (dont la liste peut être consultée à l’adresse http://www.nws.noaa.gov/com/weatherreadynation/current%20ambassadors.html remplissent la même mission, à savoir collaborer avec la NOAA pour préparer les populations, sur tout le territoire, à affronter les phénomènes extrêmes et à s’y adapter. Les contributions sont aussi diverses que les organisations elles-mêmes, dont l’action conjuguée peut influer sur la société au point où les phénomènes météorologiques à fort impact n’entraîneront pas nécessairement à l’avenir des catastrophes humanitaires. En contribuant à un effort plus vaste et plus concerté, les ambassadeurs en question favorisent la cohérence des messages diffusés et peuvent mettre en avant les succès remportés, tout en recherchant des formes nouvelles de collaboration avec la NOAA et en dialoguant les uns avec les autres.

 

Préparer un pays à affronter les aléas naturels, comme le fait la NOAA, n'est pas une priorité spécifique aux États-Unis d’Amérique. D'autres pays sont confrontés aux mêmes difficultés, notamment à une vulnérabilité croissante et aux mêmes défis, s’agissant en particulier de mesurer l’utilité sociétale des mesures adoptées et de faire passer le message scientifique. Les pays peuvent apprendre les uns des autres en dialoguant librement et en partageant les pratiques qui ont fait leurs preuves.

  

1 http://stateofthecoast.noaa.gov/

Share this page