Conseils relatifs aux capteurs de pollution atmosphérique à bas coût

Les capteurs de pollution atmosphérique à bas prix ouvrent des perspectives très prometteuses pour la recherche sur la chimie de l’atmosphère et constituent une technologie de rupture dans le domaine de la surveillance de la pollution atmosphérique. À la mi-juin, le Groupe consultatif scientifique sur les gaz réactifs du programme de la Veille de l’atmosphère globale (VAG) a publié une note d’orientation à l’intention de ceux qui envisagent d’adopter la méthode des capteurs pour mesurer la pollution atmosphérique. Ce document présente certaines des technologies de base, les facteurs opérationnels fondamentaux, ainsi que de possibles scénarios d’utilisation.

Le recours aux capteurs présente des avantages manifestes: ils sont en effet susceptibles de permettre la réalisation d’un grand nombre d’observations nouvelles à un coût intéressant sur des densités spatiales élevées et de suivre l’exposition humaine à la pollution atmosphérique s’ils sont portés par des personnes. Un nombre croissant d’articles scientifiques montre toutefois que les capteurs peuvent être sujets à des interférences provoquées par d’autres polluants atmosphériques, qu’ils présentent une forte sensibilité aux variables environnementales telles que la température et l’humidité, et que leur stabilité à moyen et long terme n’a pas été mise à l’épreuve. Leur étalonnage se révèle par ailleurs difficile sur la base des documents de référence existants. Il est donc fondamental que les utilisateurs de capteurs à bas coût s’assurent que la performance de ces dispositifs est à la hauteur des prescriptions techniques pour les applications envisagées.

Les applications possibles des capteurs de pollution atmosphérique sont nombreuses, qu’il s’agisse d’accompagner la réglementation sur la qualité de l’air ou de produire des mesures purement indicatives de la pollution en général. Il est important que les capacités avérées de ces dispositifs correspondent aux impératifs de mesure desdites applications. La gamme des capteurs disponibles sur le marché étant très vaste, il n’est pas possible de répondre simplement à la question de savoir «à quoi peuvent servir les capteurs?».  Ceci doit être établi au cas par cas par l’utilisateur.

La note d’orientation de la VAG, que l’on peut consulter sur la page d’accueil du programme, www.wmo.int/gaw, renferme une série de recommandations d’ordre général sur les différentes applications possibles des capteurs.

Share this page