Montée en puissance des projets dans les pays insulaires océaniens

De nombreux petits États insulaires en développement et territoires insulaires se situent à faible altitude et sont de ce fait très vulnérables face aux extrêmes météorologiques et au changement climatique, et en particulier à l’exacerbation de phénomènes tels que les cyclones, les ondes de tempête, les fortes pluies, les sécheresses, l’élévation du niveau de la mer et l’acidification des océans. Il est fondamental d’investir dans la prévention des catastrophes, notamment dans les systèmes d’alerte précoce et les mesures d’adaptation pour des secteurs essentiels, si l’on veut renforcer la résilience des populations insulaires et favoriser un développement durable. Depuis 2015, le Programme destiné aux petits États insulaires en développement et aux territoires insulaires Membres de l'OMM porte sur des actions ciblées de développement des capacités visant à renforcer les services météorologiques et climatologiques nationaux. Les initiatives mises en œuvre dans les pays et territoires insulaires du Pacifique sont présentées ci-après.

Stratégie météorologique – Après un examen à mi-parcours de la Stratégie météorologique 2012-2021 pour les îles du Pacifique, une version actualisée du document pour la période 2017-2026 sera présentée à l’occasion de la quatrième réunion du Conseil météorologique du Pacifique et de la deuxième réunion des Ministres du Pacifique sur la météorologie, à Honiara (Îles Salomon), en août 2017. Ce document actualise le cadre de référence des directeurs des Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) afin de garantir la pérennité et la meilleure qualité possible des services météorologiques et climatologiques.

Le renforcement des services climatologiques constitue l’une de priorités de la Stratégie météorologique. C’est pourquoi en 2014 on a commencé à travailler à l’élaboration de la Feuille de route régionale du Pacifique pour les services climatologiques. La version définitive de ce document, mise au point cette année, définit les mesures clés à prendre en priorité pour mettre en œuvre le Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC) et élargit le champ des cinq axes prioritaires du CMSC (agriculture et sécurité alimentaire, réduction des risques de catastrophes, énergies renouvelables, santé et eau) en y ajoutant le tourisme, la pêche et l’aquaculture. Ce document donne des indications générales sur la conception et la prestation de services climatologiques dans la région, en reconnaissant qu’il n’existe pas de démarche unique adaptée à tous les contextes. Le projet de texte sera également présenté à l’occasion des réunions qui se tiendront aux Îles Salomon en août 2017.

Formation – Le Centre de formation du Service météorologique fidjien à Nandi a accueilli du 24 mai au 29 juin le Programme d'enseignement de base 2017 pour techniciens en météorologie (PEB-TM). Les 17 stagiaires venaient de 9 États et territoires insulaires océaniens: Fidji, Kiribati, Nauru, Nioué, Samoa, Îles Salomon, Tonga, Tuvalu et Vanuatu. Le Service météorologique fidjien, avec l’appui de l’OMM, de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), du Service météorologique japonais (JMA) et du Bureau météorologique australien, dispense ce type de formation pour garantir la collecte et la bonne conservation de données météorologiques de qualité, tant par leur exactitude que par la rapidité de leur obtention. Le financement de la formation est assuré par le Gouvernement japonais, par le biais de la JICA, par le Gouvernement russe, dans le cadre du projet RESPAC (Résilience régionale face aux catastrophes dans les petits États insulaires en développement du Pacifique) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), ainsi que par le Gouvernement fidjien.

Projet HimawariCast – Depuis le début du mois de juin, le Samoa a accès à des données d’images issues des dernières générations de satellites météorologiques géostationnaires. Les systèmes de réception et de traitement HamawariCast installés au début du mois sont entrés en service après l’organisation d’une formation du personnel coordonnée par l’OMM et le JMA.

Projet de démonstration concernant la prévision des inondations côtières – La mise en œuvre du volet fidjien du projet (2016-2019) progresse conformément au plan de travail. Les activités prévues pour 2017 recouvrent la conception de modèles (vagues et ondes de tempête uniquement), l’achat et l’installation d’une bouée de mesure des vagues et un atelier réunissant les acteurs du projet. La mise au point et l’expérimentation des modèles ainsi que leur intégration dans un système opérationnel de prévision et d’alerte auront lieu en 2018-2019. D’autres ateliers de formation se tiendront au cours de cette même période. Le projet se traduira par la mise en place d’un système opérationnel complet et fiable, en accès libre, de prévision et d’alerte sur les inondations côtières.

Forums régionaux sur l’évolution probable du climat – Deux forums régionaux sur l’évolution probable du climat ont été organisés en Océanie. Ils ont réuni ceux qui fournissent des informations climatologiques (les SMHN) et ceux qui les exploitent, tels que les praticiens de la gestion des risques de catastrophes et les professionnels des secteurs de l’eau, de l’agriculture et de la santé, parmi bien d’autres.

La mise en place de forums nationaux sur l’évolution probable du climat (FNEPC) en Océanie s'est accélérée durant le second semestre de l’année 2015 grâce au soutien financier de l’OMM et du Gouvernement canadien, par le biais d’Environnement et Changement climatique Canada et de projets mis en œuvre par le Secrétariat du Programme régional océanien de l'environnement (PROE). Kiribati, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et Vanuatu ont été les premiers à se doter de forums nationaux. Le Service météorologique national de Papouasie-Nouvelle-Guinée et le Département de la météorologie et des géorisques de Vanuatu (VMGD) informent régulièrement les parties prenantes nationales de l’état du phénomène El Niño/Oscillation australe.

Share this page